Jour 13 : Shakumii t’initie au Shibari
Calendrier de l'Avent, On a testé pour vous

Jour 13 : Shakumii t’initie au Shibari

Salut, moi c’est Shakumii. Prêt-e-s à découvrir un peu plus l’univers de la corde avec moi aujourd’hui ? Je vous embarque pour une découverte du Shibari, aussi appelé bondage japonais. Comme à chaque case de ce Culendrier de l’avent, il y a des abonnements à gagner, je vous explique tout à la fin de cet article 😘

Shakumii se présente

Je suis une jeune fille trans de 23 ans, fan de BDSM et plus précisément submissive (=soumise). Je suis Camgirl sur Chaturbate et créatrice de contenu pornographique sur diverses autres plateforme. J’adore faire jouir les hommes ! Je t’invite à venir me découvrir sur mes plateformes pour partager plein de moments de luxure en ma compagnie.

Aujourd’hui j’ai à cœur de te faire découvrir un univers qui me fascine et que je prends plaisir à pratiquer : le Shibari. Si tu as toujours voulu essayer mais que tu as besoin d’en savoir un peu plus c’est par là que ça se passe 😉

Histoire du shibari, une torture élevée au rang d’esthétique

On en entend de plus en plus parler et bien en dehors des sphères érotiques d’initiés. Pourtant cet art reste emprunt de mystère, tantôt sombre tantôt fantasque. Ce qui nous vient en tête quand on pense Shibari c’est cet iconographie japonaise ou chinoise (estampes) où l’on peut apercevoir une courtisane en proie à un jeu de cordes savamment disposé sur son corps et rendant la demoiselle dans un état de transe qui en devient érotique. Hé bien c’est un peu ça !

Source : Giphy

Le shibari s’inscrit dans la pratique BDSM du bondage, qui lui peut englober aussi bien tout ce qui est menottes, Cellophane, scotch etc.. Et le shibari donc. Ce dernier reste une pratique en marge, avec ses propres codes, son propres vocabulaire. Il se focalise sur le ressenti émotionnel et les sensations psychiques de l’attacheur-se et de l’attaché-e. Ainsi, la pratique du sexe n’est pas forcement sa priorité.

Le shibari ce sont des techniques d’encordements : le fait d’entraver une personne par des cordes savamment disposées, formant des figures géométriques. Le kinbaku vient lui ajouter une dimension artistique et esthétique amenant une certaine sensualité,  beaucoup d’érotisme et une stimulation des centres d’énergie en des points précis du corps (shiatsu).

Le mot shibari signifie littéralement  « attaché, lié ». Quant au kinbaku, on pourrait le traduire comme « liaison étroite ».

Crédit photo : Auroraweblog

Cette pratique telle qu’on la connait aujourd’hui n’est pas ancestrale : elle date des années 50 ! À la base, les prisonniers et criminels étaient attachés avec des cordes : il s’agissait d’une pratique de torture répandue (qu’on pouvait voir sur des estampes) et cela n’avait rien de graouu.

Le premier à réutiliser des cordes sur sa femme pour préparer ses estampes c’est le sadique Seiyu Itoh, peintre et photographe qui s’est placé en figure de proue du mouvement dans les 50‘s. À suivi toute une vague de création de magazines, orientés majoritairement SM. Les auteurs se sont basés sur les estampes et photos pour commencer à créer des histoires de femmes attachées, tourmentées pour créer un imaginaire autour du kinbaku.

Le plaisir physique permet à la personne ficelée d’expérimenter son propre corps et sa faculté à transcender sa douleur par l’apprentissage du lâcher prise.

Comme dans toutes pratiques, il existe plusieurs styles (le aibunawa ou semenawa de Naka Akira par exemple) et plusieurs écoles. À toi de trouver ce qui te parle le plus, chacun vis sa pratique à sa façon et de ce fait les attentes sont différentes !

Comment se passe une séance de cordes ?

C’est une sorte de chorégraphie entre l’attacheur, le/la dominant-e (Tori) et le/la soumis-e (Uke) autour de cordes faites souvent de chanvre ou de jute d’un diamètre allant de 4 à 6mm en moyenne. Il existe une infinie de façons de lier, de positions, c’est un véritable savoir-faire !

Par exemple il y a l’ushiro takatekote, le bondage de base, qui consiste à lier les bras contre la poitrine tout en liant les mains dans le dos. L’ensemble décrit une figure en forme de « U ». On peut se faire lier à terre et en suspension pour les cœurs bien accrochés 😉

L’intensité des sensations procurées au sujet ligoté est fonction de sa position, de la tension des cordes sur sa peau. Par exemple la personne soumise prend du plaisir par la tension de la corde qui lui écrase les seins ou les parties génitales.

Une fois ligoté-e uke peut recevoir quelques châtiments supplémentaire comme des jeux d’impact, de la cire chaude sur le corps ou quelques étranglements.

Ça fait quelles sensations le shibari ?

Les sensations, il y en a plein. Ce que l’on expérimente dans les cordes est unique. Déjà il y a le lien très fort entre le uke & tori, malgré le jeu de soumission. Selon le degré de rapprochement intime et le type de pratique il peu y avoir beaucoup de sensualité, une tension sexuelle trèèèès élevée, de la douceur avant et après… Bref l’érotisme peut être à son paroxysme autant pour les pratiquants que pour les spectateurs ! 

Ensuite pour la personne attachée, une tierce personne vient se glisser dans les mailles du filet : les endorphines ! Ces petites molécules vont être sécrétées après quelques minutes de pratique intense et t’emmener dans un état de conscience modifié, on peut même rentrer dans une sorte de transe orgasmique.

Certains rapprochent une séance de bondage d’une activité sportive à cause de la focalisation associée et de l’endorphine produite. Souvent ressortir d’une posture c’est comme ressortir après 498 séances de yoga d’affilée : on se sent extrêmement ZEN, détendu-e, si lâcher prise il y a eu ! Parce que le plus important pour profiter et ressentir c’est de ne pas te crisper, te laisser à la merci des cordes et de ton/ta dominant-e et bien sur …le consentement !! 

Quelques tips pour une expérience bien ficelée

Comme dans toute pratique sexuelle et là BDSM, le point consentement, c’est comme apprendre à ne pas traverser au feu rouge, c’est LA BASE. Cadre – sécurité – feedback. Ce n’est pas seulement de la technique, c’est un échange, une communion, un moment de partage très intense, très tactile. 

Il faut être centré-e avec soi même pour être dans la posture de la personne soumise. Et contrairement à ce qu’on pourrait penser, dans la soumission c’est la personne soumise qui mène la danse. Tori est extrêmement dépendant d’Uke, son partenaire dans la construction et la réalisation du moment ou de la technique de kinbaku. Il ne peut prendre que ce qu’Uke lui offre (ou a à lui offrir) et ne peut choisir que les possibles d’Uke.

Et là, même si je t’ai terriblement donné-e envie de te faire suspendre nu-e ou ou de jouer à l’attacheur-se, je te déconseille fortement de te lancer les yeux fermés dans cette nouvelle aventure sexuelle. Comme ils disent à la télé « ne pas reproduire ça à la maison », bin là c’est pareil ! Déjà parce qu’il faut faire ultra attention au placement des cordes, ça ne s’improvise pas. Le corps est parcouru de nerfs, de muscles, de tendons, une corde mal placée ou trop serrée peut te couter cher.

Par exemple si le nerf radial (nerf qui part de l’épaule et qui va alimenter la pince de la main) est compressé, ce qui est le plus courant, tu peux être paralysé-e plusieurs heures voir mois, oui oui, adieu la branlette ! 

Ne fais pas non plus comme ce crétin de Christian Grey qui, dans 50 Shades of Grey, va acheter ses petites cordelettes chez Casto un samedi matin pépouze. Non. Il existe de vraies cordes de shibari, en jute ou chanvre, traitées (waxées) spécialement pour la pratique et que tu trouveras sur Internet bien souvent. Je te déconseille aussi le sex shop du coin, les cordes sont souvent en coton. 

Si tu as de la chance de connaitre dans ton entourage des gens addict à la pratique qui peuvent t’inviter à des jam privées, c’est chouette. Sinon il existe des écoles dans plein de villes qui t’apprendront tout dans les règles de l’art afin de faire de toi un maitre ! 

Voilà petit coquin, si avec ça je ne t’ai pas donné envi-e de te sentir ligoté-e très fort, qu’on me jette la première corde !


Tentez de gagner l’un des 6 abonnements de 2 mois mis en jeu aujourd’hui ! À l’ouverture de la prochaine case de demain, les gagnant·e·s seront informé·e·s en messages privés 😉

Suivez-nous :

Dream-Team Je Pose

Gagnez un calendrier de 24 sextoys

Pour le lancement de notre Calendrier du Cul, on offre DEUX calendriers Amorelie : inscrivez-vous avant le 1er décembre pour essayer d'être celui ou celle qui le recevra ! Ça vous permettra aussi de ne ratez aucune publication de vos camgirls préférées 🍑

calendrier-avent-cam-girl_amorelie